25 août 2008

Vilnius - ווילנע

Départ tôt le matin pour Vilnius, en Lituanie : 4h dans un bus Eurolines, où je somnole un peu quand je ne regarde pas le paysage. Forêts de bouleaux et de conifères, champs très verts, petites maisons en bois avec cabanes attenantes et entourées d'arbres. Après mon séjour en Israël, je suis sensible au vert des champs imbibés d'eau, à leur évidente fertilité.

P1080759

J'arrive à Vilnius et m'installe tout de suite dans une auberge de jeunesse, non loin de la gare et de l'arrivée des bus. Je pars ensuite à pied vers le centre ville, tout proche. Du baroque et des églises partout ! Ornementation surchargée en blanc sur la couleur pale de la façade, même à l'intérieur d'une église orthodoxe qui n'a pas échappé aux fioritures baroques : un certain nombre d'horreurs à remarquer.

P1080781 P1080774

Heureusement, la vieille ville réserve tout de même de belles ruelles, des bâtiments plus classiques, plus anciens. Mais cette impression subsiste : celle d'une ville de bigots marquée par les horreurs de la contre réforme - et à peine une trace des juifs qui y habitèrent. Car Vilnius, c'était la Jérusalem du Nord, la plus importante ville juive de l'entre-deux-guerres, d'un dynamisme culturel extrêmement important et qui rayonnait sur tout le yiddishland. Il ne reste presque plus rien, à peine quelques plaques, le plus souvent cachées dans des cours obscures où personne ne vient. Comme si la Lituanie ne voulait pas se souvenir de ce passé juif.

P1080784

P1080804

Repas de midi : galettes de pommes de terre avec des harengs marinés, de la crème et des oignons. En déssert, un gâteau au cottage cheese, un peu écœurant. Je me rends ensuite au musée de la Shoah, un petit musée qui dépend du musée juif, qui lui est en rénovation. Le musée semble subsister grâce aux dons des visiteurs, c'est un musée émouvant avec des photos et des récits. Mais si dans la première salle, les explications sont en anglais, elles ne sont plus qu'en russe et en lituanien dans les salles d'après - à croire que les panneaux datent de la période soviétique. Je décide de me rendre le lendemain à Ponar (Poneriai, Ponary), un endroit dans les forets où ont été tués une grande partie des juifs de Vilnius, pendant la deuxième guerre mondiale. Ca n'était pas des camps, juste des puits où les juifs étaient abattus par les Einsatzgruppen allemands et des civils lituaniens. A Vilnius il ne faut pas confondre le Musée du Génocide et le Musée de la Shoah : le Musée du Génocide est un grand musée consacré essentiellement aux victimes lituaniennes du KGB, avec vraisemblablement des reconstitutions de chambres de torture dans ce grand bâtiment qui fut le siège du KGB (et accessoirement aussi de la Gestapo durant l'occupation nazie). Toujours cette confusion historique, ce mélange un peu bizarre que j'avais déjà pu constater en Lettonie... C'est à peine si l'on parle des juifs tués pendant la guerre, tandis que le terme de "génocide" est déplacé pour décrire les violences soviétiques.

P1080813



P1080812

Musée du génocide

Je continue à me promener dans Vinius, sous une fine pluie, en me laissant guider par un petit livre qui liste les sites en lien avec la Vinius juive (Vilne en yiddish). Il n'y a pas grand chose à voir, la plupart des commentaires étant du type "là où vous pouvez voir un centre commercial et un parc de jeux se trouvait la grande synagogue de Vilnius", ou bien "ce bâtiment, qui est actuellement l'ambassade autrichienne, fut construit comme batiment communautaire juif", "cet immeuble où se trouve telle compagnie d'assurance abritait autrefois une école juive", ou encore "cet autre immeuble était le siège de l'OSE - Oeuvre de Secours aux Enfants, une association d'entraide". Les bâtiments sont toujours là, mais ne semblent plus avoir rien à faire avec leur passé : un peu déprimant...

P1080816

P1080818

P1080828

P1080847

Parmi les souvenirs de la vie juive, un buste du Gaon de Vilna (1720-1797), un important commentateur de la Torah qui faisait aussi des mathématiques et de l'astronomie, caché dans une arrière-cour, sous les arbres. De la même façon, le petit monument commémorant les victimes juives de Vilnius se trouve relégué dans une petite cour, derrière le théâtre qui fut autrefois le théâtre yiddish.

P1080859 P1080934

Au hasard des rues, je me retrouve devant une belle église gothique en brique, non loin d'un quartier d'artistes bohémiens, la république autoproclamée d'Uzupis - qui se compare à Montmartre.

P1080882

P1080875

P1080887

P1080892

Après une soupe assez épaisse aux épinards et une salade avec des harengs, un dessert pris dans un café, je retourne à l'auberge. Dans la rue, des petites vieilles sans age avec des foulards sur la tête, des alcooliques qui vous abordent en regardant le trottoir, titubants, d'un air d'incompréhension. Des jeunes filles blondes aux longues jambes, avec parfois un short de couleur vive qui arrive au ras des fesses. Les casinos commencent à ouvrir, on m'aborde pour m'en indiquer un. A l'auberge, il y a tout un groupe de belges, avec qui je passe la soirée à écouter de la variété française marrante et à jouer aux cartes. Ils reviennent à Vilnius après un voyage dans les Pays baltes et en Russie, à Saint Petersbourg et Moscou. "La place Rouge était vide / Devant moi marchait Nathalie /Il avait un joli nom, mon guide /Nathalie" (une chanson que même mes collègues de bureau à Jerusalem connaissaient, mais pas moi). C'est vrai qu'on est drôlement proche de la Russie, de quoi avoir envie d'y aller enfin. Les Pays baltes gardent une image négative de la Russie et de son impérialisme de la période soviétique, et la forte proportion de russophone dans ces pays est souvent vue comme une menace pour les petites cultures lettones ou lituaniennes. A l'auberge, il y a aussi une australienne qui pense bientôt voyager sur la route de la soie - avec un organisme de voyage anglais qui se charge des déplacements en camion mais laisse une grande partie du temps libre aux voyageurs : ça fait rêver, mais il faut se le permettre, à la fois en terme d'argent et de temps. Elle me dit que le musée de Ponar sera fermé le lendemain et que je ferais mieux d'y aller le surlendemain. Je pense donc aller à Trakai demain, où se trouve un château au bord d'un lac.

Posté par khazar à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Vilnius - ווילנע

Nouveau commentaire